Oser partir

Oser partir

Oser partir

 

Il n’est pas facile de partir, quitter une vie dite normale, de quitter ses repères, sa zone de confort, quitter ce qu’on a construit depuis notre enfance.

« Partir ? D’accord. Mais pour aller où ? Pourquoi ? Pour quoi faire ? Est-ce une fuite ? Une envie ? Un rêve ? »

Avant de partir beaucoup de questions nous traversent l’esprit. Et beaucoup d’entre elles restent sans réponse.

Alors partir oui c’est une bonne idée quand le fait de partir est souhaité, et non forcé. Partir pour découvrir. Se retrouver. Rencontrer. Explorer. Avancer. Pour construire quelque chose, pour se construire. Partir pour fuir aussi. Fuir une réalité souvent trop dure à assumer. Partir pour vivre. Pour survivre. Partir tout simplement parce que l’on en a envie. Il en faut du courage pour s’en aller !!

Ce courage est nécessaire pour quitter tous ces repères. Alors non quitter quelque chose, quelqu’un, ces habitudes de vie, n’est pas chose facile.  Partir est un verbe transitif qui à pour sens : s’en aller, quitter, commencer, disparaître. Et oui partir n’est pas seulement quitter mais aussi commencer. Commencer quelque chose de nouveau, qu’on ne connait pas.

C’est là que commence le voyage

Sylvain Tesson dit :

 » Je ne vois pas en quoi la fuite serait négative. C’est un motif que les voyageurs répugnent à avancer. Quand on leur demande les raisons de leurs départs, ils renâclent toujours à avouer que c’est la fuite qui les meut, car la fuite a très mauvaise presse, et celui qui fuit, c’est celui qui a échoué.

Personnellement, je trouve qu’il y a une certaine beauté à la fuite, au fait de ne pas se résigner, de ne pas accepter…

Quand on fuit une situation, c’est qu’elle ne nous convient pas. Si on part voyager, c’est qu’on trouve la vie trop triste, trop banale, trop étriquée, trop grise…, qu’on a envie, tout à coup, de plus, beaucoup plus, et le voyage est le formidable remède à cela !

Et donc commence le voyage ! Avec ses joies, ses peines, ses surprises…

Mais toute chose a ses avantages et ses inconvénients… car c’est aussi une sorte de maladie, de malédiction. La malédiction de l’errant en fait, pour qui ce n’est plus possible de rester assis, il doit bouger ! Les voyages engendrent les voyages, et qui sait où vous vous arrêterez…

C’est une sorte de drogue…, très douce, mais qui  touche beaucoup de voyageurs.

Est-ce une mauvaise chose? Je ne pense pas…

Aller le plus loin possible pour être au plus proche de soi-même, c’est ce que j’appelle la liberté!

Et la richesse de l’existence ne tient-elle pas à la diversité des perspectives ?!

Avoir à choisir entre le nomadisme et la sédentarité, entre le confort d’une vie stable et les imprévus d’une vie de voyageur est très compliqué… Ces sont là, tous les paradoxes de la nature humaine… La réalité elle se résume à des choix. En l’occurrence, celui de rester, ou celui de partir…  »

Voyager, c’est partir à la découverte de l’autre. Et le premier inconnu à découvrir, c’est vous. Oliver Föllmi

Il y a moulte raisons de partir. Il faut savoir pourquoi on a décidé de s’en aller. Et lors du départ beaucoup de questions sont encore présentes et lors du voyage également. Mais ne vous inquiétez pas, le voyage vous apportera beaucoup de réponses. Alors évadez-vous !!

 

Caro.

About Caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *