Les au revoir : c’est pas facile !!

Les au revoir : c’est pas facile !!

Les au revoir : c’est pas facile !!

A toi cher compagnon de route, qui a connu la chaleur, les longues soirées dehors, les moustiques, les heures de marche avec ton gros sac à dos, la fatigue, la faim, sans jamais rechigner, abandonner. Toi qui vadrouille sans relâche et sans crainte. Toi qui paraît si grand et fort : comment te sens tu quand il est temps de partir, de dire au revoir ?

Personnellement, je n’aime pas les au revoir de voyage.  Imaginer vivre loin de mes proches, quitter ce beau monde me rend triste. Alors pourquoi partir dans ce cas ?

Le voyage fait partie intégrante de mon mode de vie, de mon bonheur. Est-ce égoïste de partir ? Non je ne pense pas. Tout le monde a le droit au bonheur, le droit de réaliser ses rêves, alors quand nous sommes capables d’y accéder, on fonce. Non sans penser à tout ce qu’on laisse derrière nous pour un temps défini et parfois indéfini.

Les au revoir inévitables

Les aurevoirs sont inévitables. Nous ne pouvons rarement emmener tous nos proches avec nous en vadrouille.

Et une fois quitter le cocon familial, nous pouvons rester en contact via les réseaux informatiques. On se dit que le plus dur est passé, mais non car en voyageant on fait des rencontres. Des personnes nous touchent par leurs discours, par leur histoire, par le vécu qu’on a avec elles. Et c’est une fois plus l’heure de dire au revoir. Vraiment une part du voyage et peut être la seule que je n’aime pas.

Les liens tissés en voyages sont vraiment spéciaux et exceptionnels. Alors oui le voyage c’est beaucoup de bonheur, beaucoup de moments fabuleux, de découvertes, de rencontres, d’enrichissements, de merveilles mais c’est aussi (et on y pense pas toujours) des choses éphémères, des moments partagés pour quelques jours, quelques mois et toujours ce même refrain : les AU REVOIR.

Réaliser ses rêves

Il y a ces moments où nous sommes bien, extrêmement bien, nous réalisons notre rêve, mais il ne faut pas oublier aussi ces moments où nous avons moins d’énergie et sommes plus vulnérable, fatigué.

Bien sur nous retenons les choses positives du voyage, et essayons de continuer notre route malgré les émotions, les sentiments. Le voyage ce n’est pas seulement l’enrobage : les paysages, le temps, la liberté, c’est beaucoup plus profond. Nous sommes tous des êtres humains en voyages, des voyageurs mais avant tout des humains.

Qui n’a pas quitté son pays est plein de préjugés. Carlo Goldoni

Des humains avec des sentiments, des émotions, qui changent selon les rencontres, les moments de la journée, les galères, la fatigue, les surprises, … Et tout cela nous ne pouvons pas le mettre de côté le temps d’un voyage et nous ne le voulons pas. Cela fait partie de nous, de notre histoire, de notre personnalité, et donc de notre aventure.

On découvre. On se découvre. On expérimente. On profite. On fonce. On sourit (beaucoup). On rit (souvent). On écoute. On partage. On s’ouvre au monde.

Et on se dit au revoir. Mais je vois toujours dans les au revoir, le début de nouvelles aventures, le début d’autre chose, la fin de moments uniques, inoubliables, nous ayant permis de nous construire, de grandir, de nous connaître mieux. Et ce sont souvent des aurevoir et non des adieux. Si on veut revoir certaines personnes alors on pourra. Quand on veut, on peut !!

On prend tous des routes et chemins différents, qui peut être nous amènerons à nous revoir. Et si ce n’est pas rapidement, c’est peut-être dans 5 ans, 10 ans. Nous pouvons nous écrire des lettres, des mails, des SMS. Beaucoup de moyens de communication existent de nos jours.

 

Alors compagnon, si tu penses que les au revoir devraient être banni, dis-toi que cela nous fais avancer, nous forge, … et nous permet de mieux nous retrouver.

Et si tu penses qu’ils sont cool car ils te permettent de continuer ton chemin et découvrir de nouvelles choses, alors suis ton destin !!

 

Caro.

About Caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *