Le retour sans détour

Le retour sans détour

Le retour sans détour

Le retour fait partie du voyage. Un voyage à long terme demande beaucoup d’énergie et de patience. En effet nous devons rester patients quant au fait de ne pas revoir notre famille et nos amis de suite. De ne pas retrouver nos activités favorites, nos petites habitudes. En ce qui me concerne, le voyage à long terme a duré 14 mois. 14 mois loin de mes repères, de ma zone de confort, de ce que j’avais construit pendant des années, loin de mes activités favorites, loin des collègues, loin de la maison, …

14 mois de découvertes, de bonheur, de rencontres, de voyage.

Puis le retour a sonné. Après plus d’une année loin de la maison, il a fallu rentrer.

« Falloir : Être de nécessité, de devoir, d’obligation, de bienséance, faire besoin.  »

Ce n’était pas une obligation mais un besoin. Besoin de retrouver des repères, de se retrouver différemment.

Retour progressif en passant une nuit à Paris puis retour en Franche-Comté, dans ma région. Arrivée en sol Comtois, un beau samedi de novembre. La famille était là pour un accueil au top et des retrouvailles géniales, toutes en sourire.

Direction la maison pour se poser un coup et déballer les cadeaux entassés depuis un moment. La valise a mis une semaine à être vidées, triées, rangées. Et le coeur était serré à ce moment là. Tant de souvenirs parmi tous les objets, vêtements, papiers, bijoux dans cette valise. Et qui dit ranger sa valise, dit fin de l’aventure, fin des découvertes lointaines, fin de l’essentiel, retour au matérialisme…

Mais pour combien de temps? 🙂

On va rendre visite aux proches dans la joie et la bonne humeur. On a tous un peu changé mais on se reconnait tout de même.

Puis on se remet vite dans le bain. Dossiers administratifs à droite et à gauche pour le boulot, la sécurité sociale, la mutuelle, le téléphone, le médecin,…

Reprise du sport. Ouuufffff il était temps et ça fait un bien fou. Vélo, musculation, escalade, … Rendez-vous à droite et à gauche. On retrouve ses marques, le train-train quotidien s’installe à nouveau. On a déjà envie de repartir. S’évader. Alors on prévoit des week-ends et sorties dès qu’on le peut.

Les projets professionnels se mettent en place progressivement et les fêtes de fin d’année approchent déjà. On court partout pour trouver des cadeaux, des idées, être dans les temps pour fêter Noël comme il se doit avec toute la famille. Il est bien loin le temps du Noël dans les montagnes à grimper avec les campeurs du coin, à s’offrir des chocolats fondus et boire un verre de vin avec Mookey. Sauter dans la rivière adjacente au camp, faire des nouilles chinoises en mode thaïlandaise, et observer les étoiles sur le rooftop du van entre copains… Nostalgique? Oui certainement. La simplicité, le no stress, no risk no fun, et puis on verra bien !!

Nous y voilà, de retour au pays. Mais pour combien de temps ?

2 mois. 3 mois. 4 mois. 5 mois. 6 mois. 7 mois. 8 mois. 9 mois….

 

Caro.

About Caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *