Nouvelle-Zélande – Ile du Sud : le coup de coeur inattendu

Nouvelle-Zélande – Ile du Sud : le coup de coeur inattendu

Nouvelle-Zélande – Ile du Sud : le coup de coeur inattendu

Nous embarquons à bord du ferry Interislander à Wellington pour traverser la Nouvelle-Zélande du nord au sud. 3h30 de traversée plus tard. Nous débarquons à Picton où nous ferons une brève apparition. Les eaux claires de Pupusprings, accompagnées de la brume et de la pluie, nous attendent à Takaka. Vêtues de notre plus bel habit de pluie, nous avons arpenté un petit sentier à la recherche des eaux limpides. Les eaux les plus claires du monde paraît-il.  Ils ne nous ont pas menti, 5 minutes plus tard, nous voilà émerveillées par la transparence de l’eau.

Certes, le soleil aurait pu être de la partie pour notre plus grand bonheur mais nous avons su apprécier, à sa juste valeur, ce que la nature nous a offert ce jour-là.

Abel Tasman National Park

Stop, la pluie, ça suffit !!! Place enfin au soleil avec l’Abel Tasman National Park, un parc rempli de sentiers réalisables en un ou plusieurs jours. Comme nous n’avions qu’un jour devant nous, le choix était vite fait. Nous avons emprunté un water taxi pour nous éviter de faire un aller-retour le long de la côte. Parcourir 25 kms à pied pour savourer un maximum de paysages. Départ donc à 9h du parking de Marahau avec notre skipper. Retour à 18h au parking, après une randonnée le long du littoral au gré de paysages ensoleillés toujours aussi grandioses !

Nelson Lakes National Park

Ce magnifique soleil va alors nous pousser plus loin dans les terres avec, cette fois-ci, des montagnes et des lacs à profusion. Nous voulons crapahuter sur les sommets (ce qu’il est difficile de faire en Australie…) et le Nelson Lakes National Park semble être le terrain de jeu idéal pour une journée. Arrivées au pied du lac Rotoiti, nous voulions l’admirer de plus haut. Il nous aura suffi de marcher 1h30 pour atteindre le sommet du Mont Robert et contempler les envions, le lac et d’autres sommets.

Les paysages montagnards sont magnifiques, magiques et quelques fois un semblant de France est entrevu.

Très rapidement le dépaysement revient quand nous apercevons des phoques à fourrures à Kaikoura, sur la côte Est. Nous sommes bien réellement en Nouvelle-Zélande. Ces bêtes jonchent les rochers sur toute la côte. Nous y verrons des bébés s’amuser dans l’eau mais aussi des adultes bien costauds et peu commodes.

Christchurch

Petite parenthèse impressionnante avant de continuer notre route en direction de Christchurch. Ville où nous devons quitter Mick, notre van d’aventures néo-zélandaises.

J’ai tais jusqu’à maintenant l’utilisation de la télévision. Mais pour tout vous dire, nous avons pris possession de celle-ci chaque soir pour nous endormir aux sons de petits films. Le réfrigérateur aura eu également son utilité pour un plus grand confort et une plus grande variété de repas 🙂 Merci Mick d’avoir contribuer à cet agréable séjour sur l’île du Nord et le Nord de l’île du Sud !

Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page. Saint-Augustin

Après avoir rendu Mick, en état, à l’agence, la question de l’endroit où dormir se pose. Ayant déjà testé de nombreuses solutions (hall de gare, dortoirs remplis de ronfleurs, hôtels chers mais vétustes…), nous en envisageons qu’une seule : le couchsurfing. De plus, il s’agit d’un moyen de rencontrer des locaux et de savourer toutes les bonnes choses du pays ! C’est donc chez John que nous sommes conviées pour une nuit. John sera notre hôte et deux américaines seront présentes pour la nuit. Une chambre et une salle de bain sont mises à notre disposition et un repas avec des légumes tout droit sortis du jardin nous a été préparé. John est un inconditionnel du jardinage et du jardinage biologique s’il vous plait. Tomates, potirons, courgettes, patates douces, pommes de terre et oignons ont été appréciés.

Pendant cette soirée, nous échangeons également sur nos vies respectives, notre culture et apprenons, partageons beaucoup de choses. Notamment quelques travaux manuels : dessins, bracelets, tressages, pompons, origami…. Nous passons du bon temps tous ensemble mais il est vite temps d’aller au lit, de se reposer. Une grosse journée nous attend le lendemain.

Direction Tekapo

Nous sommes en effet attendues à Tekapo par un ami. Egalement en Working Holiday Visa, mais en Nouvelle Zélande, il a trouvé du travail à Tekapo. Il faut donc rejoindre cette ville pour le retrouver. Nous n’avons plus notre van et en bus ce serait trop facile, donc nous avons tenté l’auto-stop.

Bingo ! Après 15 minutes de vaines tentatives, un conducteur s’est arrêté. Nous sommes montées dans son 4×4 en direction d’Ashburton (1h de route au sud de Christchurch). Parfait, nous avancions doucement mais surement ! Allez, on retend notre pouce et hop une autre voiture s’arrêta. Cette fois nous filions vers Fairlie (à l’intersection entre l’autoroute allant au sud de l’île et la route menant à Tekapo). Larguées au beau milieu de la route et entourées de champs, nous ne perdions pas espoir, même si très peu de voitures circulaient dans notre sens. Armées de notre plus beau sourire et toujours le pouce levé, une voiture s’arrête à nouveau. Et c’est parti pour la dernière portion de route avec notre chauffeur qui passa par Tekapo. Bref, au final, trois conducteurs masculins, trois 4×4, nos langues bien déliées, 4h de Christchurch à Tekapo, de belles rencontres. Des jambes encore toutes pimpantes, prêtes à arpenter les collines de Tekapo.

Haaaa, ça y est, nous retrouvons enfin notre ami pour notre plus grand plaisir. Un plaisir partagé mais de courte durée. Nous partons déjà sur le Mont John sur les hauteurs du Lac Tekapo en attendant qu’il finisse le travail. Le temps était plutôt en notre faveur.

Après 2h de marche dans les collines, nous sommes redescendues pour patiner et se baigner aux Hot Springs de Tekapo. On a chaussé donc, dans un premier temps, les patins et zlip sur la glace. Ensuite place aux eaux bien chaudes des Hot Springs, s’échelonnant entre 39°C et 27°C. Avec une température extérieure de 5°C, nous prenions un certain plaisir à faire trempette.

Le Roys Peak

Puis le lac Wanaka n’a plus eu de secret pour nous, magnifique lac depuis la route et également magnifique depuis le  sommet du Roys Peak. Le brouillard se jouera bien évidemment de nous. Habitués que nous sommes, rien ne nous arrêtera et nous profiterons quand même de la balade.

Route Burn Track

Une fois trempés jusqu’aux os, nous roulons jusqu’à Queenstown. Pas loin de Queenstown se trouve la Routeburn track, chemin prisé des randonneurs du monde entier pour ses paysages fabuleux. Après une nuit en auberge de jeunesse à Queenstown, la piste nous attend et la pluie aussi…. Des averses s’abattent sur notre route. Coûte que coûte, nous ferons une partie la Routeburn (17.4 kms sur 64 au total). Nous ne sommes pas venus ici pour rien ! Sac à dos chargés, chaussures nouées et vêtements de pluie ajustés, on y va. Le chemin est bien balisé. Nous arrivons à rire pendant cette randonnée, preuve que la pluie ne nous aura pas chagrinés. Notre moral était au beau fixe. L’orage gronde et nous traversons des ponts, des torrents voire des rivières qui ont décidé de nicher sur notre chemin.

Mais il nous en faudra plus pour nous arrêter. Même les branches tombant à quelques mètres de nous ne nous aurons pas effrayées. Il faut dire que nous n’avions pas le choix que d’emprunter le même chemin qu’à l’aller pour rentrer à la maison. C’est donc la tête en l’air, que nous finirons la Routeburn, pour éviter toute percussion de branches sur notre crâne.

Avec quelques frayeurs, des souvenirs plein la tête, nous rentrons à Tekapo. Prêtes à faire sécher tous nos vêtements, chaussures dans la maison de notre ami… pour continuer notre aventure confortablement en 4×4, et non plus en van.

Direction donc la West Coast, ses routes sinueuses, ses cols et ses glaciers. Bon, je ne pourrai vous cacher que la pluie était, encore et toujours, avec nous. Nous avons décidément la poisse ! Nous découvrons malgré tout une « petite » station de ski au niveau de l’Arthur Pass avec un remonte-pente au loin, quelques pistes possibles pour skier et surement un ou deux dameurs cachés au garage. Nous n’en saurons pas plus. Pas un chat ce jour là pour nous expliquer le fonctionnement de cette station….

Glaciers Franz Joseph et Fox

Entraperçu ensuite du glacier Franz Josef et le glacier Fox, perdus au milieu du brouillard qui aura bien voulu se lever brièvement pour nous permettre de contempler la glace.

Nous contemplons également le lac Pukaki et le Mont Cook, point culminant de la Nouvelle-Zélande avec ses 3 724 m d’altitude, et le Tasman glacier. Très beaux paysages enneigés, températures très fraîches (-3°C au matin) et grand ciel bleu pour conclure convenablement notre périple Néo-Zélandais.

En résumé : des lacs, des montagnes, de la pluie, des plages, des glaciers, un ferry, un van, un 4×4, des rencontres, de l’auto-stop, des piscines chaudes, des randonnées, du bateau, du patin à glace, des cascades, de l’eau, de la fraîcheur… Ça change de la sécheresse australienne !!

Un avion nous attend à Christchurch pour un retour imminent (à Melbourne) au soleil en Australie. On rentre au bercail !!

 

Caro.

About Caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *