Tu fais quoi dans la vie ?

Tu fais quoi dans la vie ?

Tu fais quoi dans la vie ?

Il y a bien une question qui revient sans cesse au fil de la vie, qui au début est étrange et qui trouve difficilement une réponse correcte. Cette question est : « Tu fais quoi dans la vie toi ? »

Il est toujours délicat de répondre aux personnes qui nous posent cette question : « moi dans la vie je voyage ». Certes j’ai des diplômes, j’ai fait en sorte d’assurer quelque chose, d’étudier dans une filière qui me passionnait. Mais faute de débouchés, d’argent dans les caisses, de subventions versées, ces 5 années d’études ne seront pas mises exergue tout de suite. De belles promesses, de grosses déceptions, mais je positive, et je fais ce que j’aime, je voyage.

Je n’ai aucune honte à le dire.

Et viens une deuxième question : « Mais comment tu fais pour voyager ? Il faut de l’argent »

Certes il faut de l’argent, (quoique j’ai toujours eu l’envie de tenter l’aventure sans un sous ou alors avec 1€ par jour comme dans Pékin Express) mais pas autant que vous le penser. Les voyages ne se présentent pas tout à fait comme des vacances. Un voyage est moins reposant que des vacances. En vacances souvent tu réserves ton logement pour 1-2 semaines au même endroit puis tu vadrouille autour jour après jour, des fois les séjours sont « all inclusive » alors tu n’as pas grand-chose à faire, sauf profiter du confort et des repas tout préparé, des activités prévues par l’hôtel.

Mais en voyage, tu changes régulièrement de logement, tu ne réserve pas toujours et va sonner aux portes pour trouver quelque chose adéquate, tu marches encore et encore avec ton sac à dos de 15 kilos sur le dos, tu dois te débrouiller pour trouver les activités qui te plaisent en demandant aux habitants, aux voisins, aux commerçants, tu manges local pour découvrir la culture culinaire. Alors souvent dans le cas des voyages, les fais sont moindres, tu cherches le moins cher, tu fais des économies de logement avec le couchsurfing par exemple ou en vivant dans un van, tu manges ce qui est facile à cuisiner donc souvent pas cher, et tu fonctionne à la débrouille, le confort quelque fois en moins.

« Et cet argent tout de même, tu le trouve où ? »

Hé bien je me réveille souvent avec la surprise de trouver sous mon oreiller une liasse de billets. Peut-être les petites souris qui se cotisent pour moi. NOOOONNNNNN. Blague. Je suis comme tout le monde, je travaille. Dès 17 ans j’ai commencé à travailler dans des fermes pendant les vacances, puis j’ai enchaîné des petits boulots à chaque vacance scolaire. J’ai économisé, j’ai travaillé pendant mes études dans des grandes surfaces.

Et même en voyage il m’arrive de travailler quand le visa le permet et les opportunités. Alors je suis comme tout à chacun, je travaille. Je gagne mon argent et je le dépense comme bon me semble, je ne suis pas du genre à faire flamber la carte bleue en boite de nuit, ou à rouler dans une voiture dernier cri (d’ailleurs j’ai longtemps fais mes trajets en vélo, forme et tonus garantit). Je ne fume pas, je ne veux pas les habits de marque qui viennent de sortir, je gère mes comptes bancaires comme une comptable.

Et même aujourd’hui j’enchaine les petits boulots pour m’assurer une vie heureuse, pour me donner les moyens d’être heureuse, épanouie.

Vous l’aurez compris, l’argent gagné à la sueur de mon front ou bien économisé des derniers noël et anniversaires, je l’investis dans mes voyages !!!

« Donc dans la vie, tu travailles pour voyager ? »

Oui Monsieur, oui Madame quand je travaille je pense aux futurs voyages que je vais pouvoir faire. Même si l’âge grandissant, je pense également à investir mon argent dans une maison, un van de vadrouille, et pour agrandir la famille. ^^

Les gens penseront bien ce qu’ils voudront, l’important c’est que je peux dire sans mentir que je suis heureuse. Heureuse et épanouie dans mes petits boulots par-ci par-là, autour du monde et dans mon propre pays. Ces petits boulots me permettent de financer mes voyages, mes projets. Et j’en suis fort heureuse. Heureuse aussi de rencontrer de nouvelles personnes sans cesse et de créer des liens, peu importe le lieu. Heureuse de vivre simplement, d’avoir rejeté toutes ces choses inutiles qui font de nous des matérialistes. De vivre au jour le jour, et d’avoir développé cette humilité en moi. Heureuse et fière de mon parcours. Oui aujourd’hui je peux le dire enfin, je suis fière d’avoir accompli tout ce que j’ai accompli jusqu’à maintenant, d’avoir vécu tant de moments forts et riches, je suis fière de moi, enfin.

Ma vie me convient. La vie est belle.

Les petits boulots variés c’est super pour partir à l’aventure quand on le souhaite mais un boulot stable ça doit être chouette aussi. La précarité n’est pas de tout repos et n’est pas toujours facile. Alors quand tout est trop précaire nous partons à la découverte de soi et cette découverte est surprenante.

Alors, oui je voyage, oui je travaille, et oui je suis très heureuse. Arrêtons les jugements. Personne n’est pareil, alors si une personne vit différemment, intéresse toi donc à son mode de vie, son fonctionnement et le pourquoi du comment. Tu verras on apprend toujours beaucoup des autres, beaucoup plus que ce que l’on peut croire.

« Lorsque tu voyages, tu fais une expérience très pratique de l’acte de renaissance. Tu te trouves devant des situations complètement nouvelles, le jour passe plus lentement et, la plupart du temps, tu ne comprends pas la langue que parlent les gens. Exactement comme un enfant qui vient de sortir du ventre de sa mère. Dans ces conditions, tu te mets à accorder beaucoup plus d’importance à ce qui t’entoure parce que ta survie en dépend. Tu deviens plus accessible aux gens car ils pourront t’aider dans des situations difficiles. Et tu reçois la moindre faveur des Dieux avec une grande allégresse, comme s’il s’agissait d’un épisode dont on doit se souvenir sa vie restante. » Paolo Coelho

About Caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *